« De la parole aux actes ! » est un collectif qui unit des associations, collectifs et
victimes de tous horizons et sensibilités, ayant participé ou non aux travaux de la
CIASE et souhaitant y donner une suite concrète. Il est ouvert à toute personne
victime qui désirerait participer à ses actions.
Le collectif « De la parole aux actes ! » sera en outre attentif à toutes autres initiatives,
mouvements, organisations, ou personnes déterminées à appuyer la mise en place concrète
des 45 préconisations édictées par la CIASE.
Il établira également toutes les relations nécessaires avec les pouvoirs publics pour le suivi
et la réalisation de ses objectifs.
Nous, membres du collectif « De la parole aux actes ! », sommes conscients de la
lourdeur et de la complexité du travail à effectuer dans l’Eglise. Néanmoins,
l’application rapide et prioritaire, par les évêques et responsables religieux, de
certaines recommandations du rapport de la CIASE, est essentielle pour commencer
puis mener à bien un travail commun :

  • Que soit reconnue et officiellement prononcée la responsabilité de l’Église
    selon les préconisations 23 à 25
  • Que les dispositions de justice et d’enquête soient immédiatement respectées
    et appliquées en tous lieux selon les préconisations n°27 à 29, 42 et 43
  • Qu’un engagement de réparation du préjudice aux victimes soit affirmé selon
    les préconisations n° 31 à 33


Les travaux attendus ne se résumant pas aux recommandations mentionnées ci-dessus, le
collectif « De la parole aux actes ! » scrutera les avancées dans tous les autres domaines
concernés par l’ensemble des 45 préconisations, qui portent notamment sur le respect des
lois de la République, la réforme de la gouvernance de l’Eglise et du code de droit
canonique, l’indépendance et le professionnalisme des instances d’accueil, de lutte et de
prévention, sur la formation, les audits et les exigences de résultats.
A l’approche de l’Assemblée Générale des évêques de France, « De la parole aux
actes ! » note le caractère très restreint et sélectif des invitations adressées aux
intervenants extérieurs susceptibles d’aider les responsables ecclésiaux dans leurs
réflexions.
Cependant, la nécessité d’une collaboration beaucoup plus large s’impose, sans que
ne soit faite de distinction entre tel ou tel interlocuteur, par égard à la diversité
d’origine, de conditions et de convictions des 330 000 victimes estimées de clercs et
laïcs au service de l’Eglise en France.
Le collectif « De la parole aux actes ! » propose aux évêques et responsables religieux de
travailler avec eux à l’élaboration d’une charte détaillant les modalités et le calendrier de
mise en œuvre des préconisations du rapport de la CIASE, afin d’assurer le suivi de la mise
en œuvre effective de ces préconisations.
La réponse des évêques et des responsables religieux sera le signe tangible de leur réelle
volonté de mettre leurs actes en cohérence avec leur discours .


Signataires :
Collectif A umônerie du lycée d’ Enghien
Mireille Babassud, paulet.mireille33@gmail.com
Martine Dupré, martinedupre.marmande@orange.fr


Association Comme une Mère aimante
Camille de Metz-Noblat, commeunemereaimante@gmail.com,
Cécile Berne, cecile.berne@wanadoo.fr,
Michèle-France Pesneau, 06 19 90 05 53


Association Parler et Revivre


ecoute@parler-et-revivre.fr


Olivier Savignac, 06 32 44 06 50,
Nicolas Scalbert, nscalbert@free.fr, 06 84 05 44 00
Mathieu Flament, maflament59@gmail.com,
Jean-François Hanon, Jeefha9@gmail.com
Quentin Van Maele


Association Sentinelle
contact@sentinelle-asso.org


Laurence Poujade, 06 33 04 59 33
Michèle-France Pesneau, 06 19 90 05 53
Les membres du Collectif 85
contact@collectif85.fr


François Devaux, ancien co-fondateur de l’association La Parole Libérée
devauxfrancois69@gmail.com, 06 74 75 47 25


Yolande du Fayet de la Tour, psychothérapeute, yolandedfdlt@gmail.com, 06 08 70 34 70


Jean-Luc Souveton, prêtre, jlsouveton@orange.fr, 06 86 88 26 52


Une pétition a été lancée pour l’application par l’Eglise des 45 préconisations de la
CIASE :
https://www.change.org/abus-sexuels-l-eglise-doit-prendre-ses-responsabilites